INFOGRAMME

Infogramme est le site de Vincent Audette-Chapdelaine.

Blogue
Projets
À propos
Contact

9 janvier 2010

Bienvenue sur Infogramme

Un nouveau nom, un nouveau design, et une orientation mieux définie, tels sont les grands chantiers qui ont eu cours, ici-même, pendant les quelques moments creux (ou plutôt, de digestion) de la période festive des dernières semaines. Ce blogue, désormais nommé Infogramme (pour des raisons expliquées dans la section À propos) continuera à s’intéresser à des sujets qui, directement ou indirectement, sont reliés à l’information et au monde en transformation qui nous entoure. Vous pouvez donc vous attendre à des réflexions et des billets de mon cru; mais aussi à des entrevues et des discussions avec les nombreux acteurs et penseurs du monde de l’information. Un de mes objectifs avec Infogramme en 2010, c’est d’aller sur le terrain et impliquer des intervenants de plusieurs milieux dans une réflexion qui à mon sens, souffre d’un déficit de transversalité.

Car de mon point de vue, si le numérique transforme peu à peu nos sociétés, c’est en grande partie en brouillant les frontières des disciplines, des professions et des institutions. Que chacune d’entres elles se livre à des réflexions sur sa propre évolution (pour ne pas dire «survie») est important, mais il est important aussi de proposer des avenues qui remettent en question ces frontières. C’est un peu, aussi, l’objectif d’Infogramme. Les commentaires à la suite des billets sont d’ailleurs, à ce sujet, toujours bien précieux.

Sur une note plus personnelle, je suis très heureux de cette nouvelle année qui débute. En 2010, je continuerai à travailler sur divers projets à la Ville de Montréal, à Espaces Temps Montréal, et à l’Agence Science-Presse, sans parler de quelques autres projets potentiels qui s’annoncent forts stimulants. Je suis très chanceux de pouvoir ainsi travailler sur des projets passionnants avec des gens passionnés, mais je dois en contrepartie continuellement relever un défi toujours difficile mais qui vaut la peine d’être relevé, celui de conserver une part non négligeable de temps libre pour (notamment) la détente, les loisirs et la réflexion… plutôt que d’utiliser ce précieux temps pour faire encore plus de projets passionnants avec des gens passionnés! Ce qui, je le devine, est la dangereuse tentation de beaucoup de gens qui ont l’heureux «problème» de faire ce qu’ils aiment et d’avoir envie d’en faire encore plus.

Ce qui m’amène à penser: que deviendrait la société, si tous parvenaient à vivre de leur passion? Une société de passionnés pourrait-elle être fonctionnelle, pourrait-elle être stable? Ou au contraire, la population serait-elle plus que jamais désintéressée par les problématiques bien concrètes de la vie en société?

Bonne année à tous!