INFOGRAMME

Infogramme est le site de Vincent Audette-Chapdelaine.

Blogue
Projets
À propos
Contact

16 septembre 2009

L’expérience sociale du tweetage événementiel

J’ai dépassé depuis longtemps le stade de l’utilisateur sceptique de Twitter, celui qui ne parvient qu’à y voir un moyen efficace de s’exhiber et de s’auto-promouvoir. Jusqu’à tout récemment, je demeurais toutefois toujours sceptique sur une utilisation pourtant majeure du service: l’apparente frénésie avec laquelle les participants à des conférences s’adonnent au tweetage live, pendant que la conférence se déroule.

Pour ceux qui ne sont pas au courant, il est maintenant devenu primordial que les organisateurs d’un événement à haute densité de tweeteurs fassent connaître l’identité d’un hashtag (par exemple #idea09) qui sera utilisé par tous les participants afin de relier entre eux l’abondante production de tweets qu’ils généreront avant, pendant et après les activités. Ainsi, organiser une événement physique, aujourd’hui, c’est aussi organiser un événement numérique. En témoignent également la pratique du livestreaming et les services à la Crowdvine. Je n’ai pas de statistiques exactes, mais il a dû se tweeter plusieurs milliers de messages par jour à l’occasion de l’événement de 200 personnes auquel j’assistais dans les derniers jours.

Je croyais jadis que tout ce tweetage était effectué dans une sorte de charité journalistique, afin de tenir au courant ceux qui n’avaient pu assister à la conférence. C’était bien sûr très naïf de ma part: pour quelqu’un à l’extérieur, sauf peut-être pour les grands passionnés et les fans de la dernière heure, ces centaines de tweets sont sans intérêt et sont pour la plupart tout à fait incompréhensibles. Ils sont plutôt une nuisance qui par leur abondance noient subitement les tweets intéressants.

Quelle que soit l’intention du tweeteur événementiel, il est indéniable que son expérience en est transformée, et qu’il participe lui-même à la transformation de l’événement: il en devient un acteur. Le tweetage a fait son arrivée dans les conférences d’une manière certainement très naturelle: je tweete quand j’ai quelque chose à dire, et assister à une conférence est quelque chose que je ne fais pas à chaque jour, donc j’ai envie de tweeter là-dessus, de partager mon expérience à mon réseau. Or il se trouve que 200 personnes réunis dans la même salle partagent à peu près la même expérience, et leurs réseaux respectifs sont probablement fortement interconnectés. Ça commence à devenir intéressant. Pour beaucoup, plutôt que de prendre des notes dans un calepin, la tentation est grande de sortir son iPhone, ou encore carrément d’installer l’artillerie lourde avec Tweetdeck via son ordinateur portable sur ses genoux. Le iPhone dans la poche, au cas où.

Il a fallu que j’assiste à deux jours sur le design de l’expérience sociale pour m’amener à réfléchir à quel point cette pratique — le tweetage lors de conférences — avait transformé ce type d’événements en expérience sociales que je considère de plus en plus comme étant tout autant numériques que physiques (termes que je préfère à virtuel et réel, puisque pour moi le numérique est réel).

Par exemple, hier s’est tenue une présentation d’une conférencière aux idées qui semblaient particulièrement d’arrière garde concernant l’industrie de la presse. Lorsque fut terminée la période de questions (que personne n’avait saisie comme tribune pour exprimer un désaccord), j’entendis un spectateur mentionner que la « discussion dans les coulisses » avait été particulièrement animée. Je vérifie aussitôt Twitter pour constater qu’effectivement, de nombreux participants ne s’étaient pas gênés pour critiquer les arguments de la conférencière, alors même qu’elle parlait. Des centaines de tweets avaient été émis en une heure: les gens se plaignaient, blaguaient et commentaient les affirmations de la conférencière. Elle ne le savait pas, mais sa communication n’était pas à sens unique: elle prenait part à un débat impliquant des dizaines de personnes. Dans cette conversation, elle avait simplement la particularité d’être la seule à utiliser la voix, tous les autres lui ayant attribué l’exclusivité de l’attention dans l’espace physique seulement. Une seule personne parlait dans l’espace physique, mais dans l’espace numérique, tout le monde parlait en même temps. Les off-conférences ne se déroulent plus de l’autre côté de la rue, mais bien au même endroit, en même temps, sur le Web. Plus tard dans la soirée, j’ai remarqué que la conférencière avait pris connaissance de cette rétroaction. Ce faisant, elle a pu répliquer, préciser sa pensée, montrer qu’elle était à l’écoute. Elle comprenait peut-être davantage les nouveaux médias que ce que sa conférence laissait croire, finalement.

Nous devons reconnaître qu’un événement comme une conférence, pour une communauté de citoyens numériques comme les utilisateurs de Twitter, n’est plus simplement une expérience physique. Il s’agit tout autant d’une expérience vécue en ligne, qui commence bien avant la ou les journées de conférences véritables, et qui se prolonge par la suite. Et les chances sont bonnes que les débouchés de la conférence — les idées, les nouvelles perspectives, les apprentissages, fassent leur bout de chemin en ligne également. Un peu comme un film qui, au-delà de l’avant-première lors duquel le réalisateur en personne présente son oeuvre et répond aux questions, se retrouvera éventuellement un peu partout.

Le hashtag attitré à IDEA 2009 était utilisé des semaines avant l’événement physique: pour créer un buzz, pour communiquer des informations, pour organiser du covoiturage, pour recruter des bénévoles, et pour parler de sa propre hâte d’assister à l’événement. Pendant les deux journées de conférences, on l’utilisait bien sûr pour parler des présentations, mais aussi pour rassurer les retardataires qu’ils n’étaient pas les seuls à s’être couchés à 4h et ne pas s’être levés à l’heure, pour organiser des groupes pour aller dîner ou se rendre à l’aéroport, et pour parler des bons et mauvais coups dans l’organisation de l’événement. Ce soir, après la fin de l’événement physique, on s’en est servi pour demander à tous de garder l’oeil ouvert pour un sac volé, et bien sûr pour remercier directement les organisateurs et affirmer que c’était la meilleure conférence à laquelle on avait assisté de toute notre vie.

Mais c’est hier soir que l’utilisation de Twitter m’est apparue la plus surprenante. Le fameux hashtag a continué à être utilisé jusqu’à 4h du matin. On y racontait notre souper, les personnes avec qui on passait la soirée, le nombre de bières qu’on avait bu, et les stars que l’on avait aperçu (c’était le TIFF!). Ainsi put-on apprendre que certains ont partagé un trajet d’ascenceur avec George Clooney et Brad Pitt. Et d’autres de tweeter que ces deux acteurs avaient dû se trouver particulièrement privilégiés d’avoir aperçu en chair et en os de véritables spécialistes en expérience de l’utilisateur. Ces blagues de fin de soirée montrent bien à quel point l’expérience sociale toute particulière qu’est une conférence professionnelle, qui met de l’avant le réseautage à travers une communauté donnée, a atteint de nouvelles possibilités. Il ne suffit plus de blaguer avec 3-4 collègues avec qui on s’entend bien après l’événement officiel: il est maintenant possible, et encouragé, de le faire avec tous ses collègues, simultanément, dans l’espace numérique. Ce type de comportement n’est pas surprenant lorsqu’il a lieu dans un contexte purement amical: envoyer des SMS au pote qui est pris dans un autre party est devenu chose courante. Mais dans un contexte professionnel, cela témoigne peut-être de l’évolution de notre perception de nos relations professionnelles. Ou, puisque cela rejoint une grande quantités d’inconnus, de notre rayonnement professionnel — ce rayonnement en est également un personnel.

La raison d’être des conférences, colloques, congrès, conventions et autres rassemblements est de permettre à des personnes qui partagent des intérêts communs de se regrouper en un même lieu physique pour échanger entre eux, en personne. Véhiculer des idées, apprendre, débattre. Mettre des visages sur des noms, serrer des mains, faire des contacts, prendre une bière après-coup, bref, sortir de la routine tout en parlant boulot, et en sortir enrichi. Toute cette interaction humaine n’a certainement pas perdu son importance, et je dirais qu’elle n’a pas dû diminuer depuis l’arrivée en force du Web. Tout comme l’ordinateur n’a pas éliminé le papier, le Web social n’a pas éliminé les interactions humaines physiques. De telles interactions sont en fait valorisées par la culture numérique qui prône l’ouverture, la transparence, l’authenticité et l’humour. Le temps de la distribution formelle des cartes d’affaires tire-t-il à sa fin? Serait-on en train de commencer à se percevoir, dans des contextes professionnels, comme des humains? Malgré toute l’ironie de la chose, la technologie nous aura-t-elle appris à être nous-même dans toute notre humanité et en toute occasion? Si tel est le cas, ce n’est qu’une question de temps pour que cesse tout simplement la distinction entre identités professionnelles et personnelles. Quant à y être, prédisons la chute de la cravate.



8 Comments

J'ai été l'un des instigateur de la mise en place d'un hashtag lors de l'université d'été Ludovia ! Nous avons aussi dans ce cadre utilisé Twitter lors de l'animation d'un Barcamp.
je me suis également posé la question de la lecture de ces Tweets… et je craignais la désaffection de mes « lecteurs » dans Twitter mais cela n'a pas été le cas.
L'un des avantages que j'ai perçu dans cet usage de Twitter était justement de pouvoir dire « tout bas » les non-dits de certaines prestations… quitte à en reparler en dehors des conférences avec les intervenants.
De notre côté (nous étions principalement 3 à twitter), j'ai remarqué que certaines des questions qui étaient posées dans Twitter étaient rapporté publiquement par mes petits camarades.
Pour en savoir plus sur ce que nous avons fait : http://www.ed-productions.com/leszed/index.php?…

De même, l'isolation du conférencier n'est pas toujours le cas. À Ludovia, mais aussi dans d'autres conférence, désormais, il est courant que le confériencier suive également ce qui se dit sur Twitter !!!! Sans parler de la projection des Tweets en arrière plan.
Je pense que désormais, les conférenciers et autres animateurs devront prendre en compte cette dimension…
D'ailleurs, dans un autre domaine, celui de l'éducation j'ai mis en place un cours en liaison complète avec Tweeter. Là encore l'encombrement de mon compte sera importante… Mais, je demande à voir l'interaction qu'il sera possible d'organiser…
Plus d'infos à http://www.ed-productions.com/leszed/index.php?…

Posted by Eric Delcroix on 18 septembre 2009 @ 8

Bonjour Éric, merci pour ton commentaire.

Je n'ai pas encore vu de conférences lors desquelles les tweets sont projetés sur un écran à la vue de tous, y compris du conférencier. Cela témoigne d'une transformation effectivement assez radicale: le conférencier n'a alors pas vraiment le choix d'adapter son propos à ce qui se dit sur Twitter. Le système est alors vraiment totalement interactif, puisque le conférencier peut capter le pouls de son auditoire sans délai. Les membres de l'auditoire peuvent de leur côté sans gêne et à tout moment exprimer son point de vue, poser des questions et s'exprimer de manière directe au conférencier. Du moins en théorie. En réalité, je me demande si les membres de l'auditoire s'auto-censureraient en sachant que leur tweets du genre «c'est endormant» seront projetés sur grand écran devant les yeux du conférencier lui-même…

Reste aussi à savoir si de tels systèmes interactifs limitent ou augmentent les possibilités de véritable transmission de connaissances…

Posted by VincentAC on 20 septembre 2009 @ 12

Cela me fait penser aux «LAN Partys», ces événements qui rassemblent dans un même lieu physique des dizaines d'amateurs de jeux vidéos, qui y transportent leurs ordinateurs et jouent ensemble en réseau toute la journée. Tous comme nos tweeteurs événementiels, l'expérience de ces «gamers» est à la fois physique et numérique. Tout en sachant qu'ils partagent un même espace physique bien délimité, une bonne part de leurs interactions demeurent confinées à l'espace numérique. Cette dimension physique enrichit probablement leur expérience globale, en l'humanisant.

Peut-être assisterons-nous bientôt à des conférences sans conférenciers… Des centaines de professionnels se réuniront dans un centre de congrès et tweeterons ou bloguerons en coeur autour de thématiques prévues d'avance ou non…

Posted by VincentAC on 20 septembre 2009 @ 12

«Peut-être assisterons-nous bientôt à des conférences sans conférenciers… Des centaines de professionnels se réuniront dans un centre de congrès et tweeterons ou bloguerons en coeur autour de thématiques prévues d'avance ou non…»

D'un certaine façon, ça existe déjà… avec les 5 à 7. 😉

Posted by marieh on 1 octobre 2009 @ 3

« Peut-être assisterons-nous bientôt à des conférences sans conférenciers… Des centaines de professionnels se réuniront dans un centre de congrès et tweeterons ou bloguerons en coeur autour de thématiques prévues d'avance ou non… »

Ça existe déjà: ça s'appelle Webcamp Montréal et nous serions vraiment honorés de compter sur ta présence et celle de tes distingués lecteurs!

http://webcampmontreal.org/wiki/

(En passant, c'est demain!)

Posted by Seb Paquet on 21 octobre 2009 @ 6

[…] plus, son utilisation lors de conférence ou journée d’étude peut permettre de développer de l’interactivité : chacun devient […]

Posted by Les nouveaux usages de Twitter « Internet en 2010 on 29 septembre 2009 @ 4

[…] […]

Posted by Visible Tweets : Twitter pour l'événementiel | NiceToFeedYou on 9 novembre 2009 @ 12

Leave a Comment