INFOGRAMME

Infogramme est le site de Vincent Audette-Chapdelaine.

Blogue
Projets
À propos
Contact

17 décembre 2008

Débat journalistes-blogueurs: ma contribution

La blogosphère s’est enflammée lorsque la FPJQ a adopté, lors de son congrès d’il y a une semaine, un amendement obligeant ses membres à s’engager à respecter le code de déontologie journalistique de la Fédération. Ce qui cause problème n’est pas tant la résolution que ses motivations, bien soulignées dans cet extrait du communiqué émis par la FPJQ au lendemain du congrès (version complète ici):

Le respect des règles de déontologie journalistiques est la seule chose qui distingue les journalistes professionnels des autres communicateurs publics, entreprises ou journalistes citoyens.

Le respect de ces règles donne à l’information produite par des journalistes professionnels une fiabilité et une qualité supplémentaires par rapport aux autres sources d’information.

J’ai suivi avec intérêt ce dossier, qui avait débuté quelques semaines auparavant lorsque le Parti Conservateur avait permis à certains blogueurs d’assister au même titre que les journalistes à son prochain congrès. Je me joins humblement à la discussion, quoique un peu tardivement…

Observations

Au fil de mes lectures, je dresse les observations suivantes:

  • Certains journalistes professionnels s’inquiètent de voir d’autres communicateurs jouir d’une crédibilité équivalente.
  • Plus généralement, on s’inquiète de la dispersion de l’attention des lecteurs et du mélange des genres, et on se demande si le public saura reconnaître l’information crédible.
  • La majorité des membres de la FPJQ considère que le respect de la déontologie journalistique est ce qui définit le journaliste professionnel.
  • La confusion entre le genre et le médium mélangent encore beaucoup trop de gens.

Je ne développerai pas ces différents constats, qui reposent pour l’essentiel sur des préjugés et mythes toujours tenaces (tels que «le blogue est un genre et non un moyen d’organiser l’information» ou «bloguer implique être peu rigoureux»). Ces constats ont été fort bien approfondis par mes collègues blogueurs (Narvic, Michelle Blanc, Bruno Boutot, Benoît Michaud, et sûrement d’autres).

Voici quelques pistes supplémentaires…

Le journaliste et l’artiste, même problème?

Qu’est-ce qu’un artiste? Qu’est-ce qu’un journaliste? Dans les deux cas, on est pris avec un problème vertigineux qui dépasse bien la définition d’un statut professionnel. Simplement dit, selon moi, est artiste celui qui se dit artiste, et ce sera aux autres artistes et au public de juger de la qualité de son travail d’artiste. Le journaliste, de mon point de vue, devrait se définir de la même manière.

Être journaliste ne signifie pas être payé pour rédiger des articles journalistiques, pas plus qu’il ne signifie être publié ou diffusé par un média d’information, pas plus qu’il ne signifie rapporter de l’information susceptible d’intéresser un public. Toutes ces définitions n’entraînent que des problèmes supplémentaires: Un journaliste étudiant est-il un vrai journaliste? Même s’il est très mauvais? Un journaliste qui ne respecte aucun principe d’éthique journalistique est-il quand même un journaliste professionnel? Et si ses articles ne sont publiés que sur un blogue? Un blogue hébergé par un journal est-il davantage journalistique qu’un autre? Un journaliste bénévole pour un magazine est-il professionnel? Et ainsi de suite.

Je suggère donc que l’on arrête de nous poser la question et qu’on laisse quiconque désire s’octroyer le titre de journaliste le faire. Tous les manuels d’introduction au journalisme le disent: pas besoin de formation spécifique. Le journalisme s’acquiert par l’expérience. Une fois qu’on laisse quiconque porter le titre de journaliste, on règle d’un coup notre problème sémantique, et on peut passer à l’étape suivante: distinguer entre les mauvais et les bons journalistes.

L’éclatement des médias et le formidable avenir de l’information

Sur le Web, par le biais du mode de publication convivial qu’est le blogue, de nombreux citoyens ont pris la parole, parfois de manière totalement amateur, mais aussi parfois de manière extrêmement réfléchie, intelligente et originale. Ce sont ces derniers qui, généralement, ont trouvé leur public.

En contrepartie, on peut observer dans les médias traditionnels un certain nombre de journalistes en manque de talent et de curiosité, ainsi que beaucoup d’excellents journalistes qui accomplissent leur travail avec professionnalisme et passion. Ce sont ces derniers qui, généralement, ont trouvé leur public.

Certes, les médias traditionnels perdent du terrain au profit de la variété et de l’authenticité de voix émergentes sur le Web. En réaction, ils tentent de protéger et solidifier l’accès à la profession, tout en se tournant, ironiquement, vers le nouveau mode de diffusion qu’est le Web.

Ce passage est obligatoire, et il est possible d’envisager que dans une dizaine d’années, l’essentiel de la diffusion médiatique se fera sur le Web, si bien qu’éventuellement la confusion entre les médiums (Web vs. imprimé; site Web traditionnel vs. blogue) s’éteindra d’elle même.

Lorsque tout le monde sera sur le Web, on pourra procéder à la comparaison rigoureuse du taux de popularité des journalistes individuels, et les comparer à celui des blogueurs. Et il y a fort à parier que les médias traditionnels tenteront de recruter ces blogueurs populaires. C’est déjà commencé: le magazine Discover vient de recruter le collectif populaire de physiciens blogueurs Cosmic Variance. Et que dire de Nate Silver, du blogue FiveThirtyEight, considéré comme un des analystes les plus crédibles lors de la dernière élection américaine, qui s’est fait inviter comme commentateur sur les chaînes nationales de télévision, et qui vient de signer un contrat d’édition de 700 000$ pour publier deux livres?

On assiste à l’émergence d’un vaste marché de communicateurs, dans lequel les lecteurs auront le pouvoir de hisser les meilleurs vers le sommet. Vaste concours de popularité qui ne tient pas compte de l’éthique du principal intéressé? Pas vraiment. Les faits non vérifiés et le sensationnalisme sont mal vus dans une large partie de la blogosphère, où règne une formidable culture d’auto-régulation et où se côtoient de l’information et de l’analyse de première qualité. Les blogueurs populaires sont généralement d’habiles communicateurs rigoureux et dévoués. Et comme l’ont dit beaucoup d’autres (par exemple Narvic), l’acte de se commettre à travers un blogue est beaucoup plus engageant que de se commettre dans un média traditionnel, qui défendent généralement ses journalistes en cas de poursuite.

L’avenir pourra être glorieux pour les médias traditionnels, à condition qu’ils reconnaissent la force de ce système afin d’identifier et d’attirer, parmi les meilleurs «blogueurs» d’aujourd’hui, ceux qui deviendront les «journalistes» de demain.

À lire: