INFOGRAMME

Infogramme est le site de Vincent Audette-Chapdelaine.

Blogue
Projets
À propos
Contact

7 novembre 2008

La gravure: une solution au problème de préservation de l'information numérique?

Trois petits disques de titane, comportant chacun plus de 13 000 pages d’informations linguistiques, viennent de voir le jour. Ces «disques de Rosette», dont la durée de vie est de 2000 à 10 000 ans, documentent plus de 2000 langues. Non seulement est-ce un grand événement pour les linguistes, préoccupés depuis longtemps par la réduction de la diversité linguistique, c’est aussi une grande avancée pour l’archivistique.

La fondation Long Now, que je vous ai introduit dans un précédent billet, est à l’origine de ce projet, nommé «Rosetta Disk». L’idée, initiée en 1999, est de créer une version moderne de la pierre de Rosette, ce stèle égyptien comportant trois traductions du même texte grâce auquel nous sommes parvenus à déchiffrer les hiéroglyphes.

La version moderne est un disque micro-gravé de mille traductions différentes de la Genèse et de milliers de pages d’informations linguistiques supplémentaires. Les pages peuvent être lues à l’aide d’un microscope permettant un agrandissement x750. Contrairement à un disque numérique, les informations sont bel et bien miniaturisées, et non encodées.

Sur la face supérieure du disque est gravée la traduction, dans plusieurs langues, de l’inscription «Languages of the World: This is an archive of over 1,500 human languages assembled in the year 02008 C.E. Magnify 1,000 times to find over 13,000 pages of language documentation.» [source]. Les 13 000 pages sont gravées sur l’autre face.

Le disque est imbriqué dans un boîtier sphérique en verre. Comme l’a bien dit Olivier Wilke, le premier à en acquérir un exemplaire, «This is one of the most fascinating objects on earth. If we found one of these things 2,000 years ago, with all the languages of the time, it would be among our most priceless artifacts.»